PARCEDES Parcellaires agraires et dynamiques d’exploitation du sol dans la longue durée

Bienvenue sur le blog de l’ANR PARCEDES !

In 2008, UNESCO classified a Greek settlement plot on the island of Hvar (Croatia) as a World Heritage Site on the grounds that it had remained “practically intact” since the fourth century BC, testifying to the “permanence” and “durability” of land use systems and land tenure rules. While this protection operation is legitimate, the argument nevertheless bears witness to a fixed conception of parcel forms, which crushes the weight of time, passing off as fossil and authentic (ancient Greek) what is in fact the result of more than two thousand years of adaptation by the societies that have succeeded one another on this island.

It is precisely to better evaluate, over the long term, the role of time and societies in the transmission of agrarian parcels that the French school of archaeogeography, to which the project coordinator, Magali Watteaux, belongs, has been devoting itself since the late 1990s. The PARCEDES project will contribute to this line of research by providing new data on the evolution of French, English and Italian land parcels from the Bronze Age to the present day, made available on a webGIS (ArcGis online). Thanks to a twofold approach (very long duration and comparison), it will shed light on the transformations and transmissions that affect the evolution of landscape forms in different European contexts over the long time span of sediments and the short time span of societies. Finally, this project is innovative in that it also envisages the valorisation and mediation of the results with heritage managers and contemporary territories in order to show that land parcels, far from being insignificant, are useful for thinking about the sustainability of development projects and that their history is worthy of being told and integrated to build the resilience of tomorrow’s territories.


En 2008, l’Unesco a classé au Patrimoine mondial de l’Humanité un parcellaire de colonisation d’origine grecque sur l’île de Hvar (Croatie) au motif qu’il serait resté « pratiquement intact » depuis le IVe siècle avant J.-C., témoignant d’une grande « permanence » et « durabilité » des systèmes d’exploitation du sol et des règles foncières. Si cette opération de protection est légitime, l’argumentaire témoigne cependant d’une conception figée des formes parcellaires, qui écrase la pesanteur du temps, faisant passer pour fossile et authentique (grec ancien) ce qui est en fait le résultat de plus de deux mille ans d’adaptation par les sociétés qui se sont succédé sur cette île.

C’est précisément à mieux évaluer, sur la longue durée, la part du temps et des sociétés dans la transmission des parcellaires agraires que se consacre l’école française d’archéogéographie depuis la fin des années 1990 et à laquelle appartient la coordinatrice du projet, Magali Watteaux. Le projet PARCEDES contribuera à ce courant de recherche en apportant des données nouvelles sur l’évolution de parcellaires français, anglais et italiens de l’âge du Bronze au temps présent, et rendues accessibles sur un webSIG (ArcGis Online). Grâce à une double approche inédite (très longue durée et comparaison), il éclairera la part des transformations et transmissions qui affectent, au fil du temps long des sédiments et des temps courts des sociétés, l’évolution des formes du paysage dans différents contextes européens. Enfin, ce projet est novateur en ce qu’il envisage également la valorisation et la médiation des résultats auprès des gestionnaires du patrimoine et des territoires contemporains afin de montrer que les parcellaires, loin d’être insignifiants, sont utiles pour penser la durabilité des projets d’aménagement et que leur histoire est digne d’être racontée et intégrée pour construire la résilience des territoires de demain.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search